info

Votre pharmacie près de chez vous. Dernière actualisation : 16/03/2022

outils covid

De janvier à mars 2022 :
si vous êtes affilié à l'Assurance maladie, vous recevrez un courrier ou un courriel

Testé depuis juillet 2021 dans trois départements pilotes, la Haute-Garonne, la Loire-Atlantique et la Somme, l'espace numérique de santé Mon espace santé sera disponible pour tous les usagers dès le début de l'année 2022 a annoncé le ministère de la Santé le 18 octobre 2021. Destiné à faciliter les démarches des usagers et les échanges avec les professionnels de santé pour une meilleure prise en charge, il remplace le Dossier médical partagé (DMP).

De janvier à mars 2022, si vous êtes affilié à l'Assurance maladie, vous recevrez un courrier ou un courriel vous demandant d'activer votre Espace santé. Vous disposerez alors d'un délai de 6 semaines après la réception du courrier ou du courriel pour vous opposer à sa création. Sans réponse de votre part, votre Espace santé sera automatiquement créé.

Tous les usagers qui disposaient déjà d'un Dossier médical partagé (DMP) avant le 1er juillet 2021 retrouveront automatiquement leur dossier et leurs données de santé qui y sont stockées dès l'activation de Mon espace santé.

Article complet


POINT DE SITUATION. Janvier 20 / 2022


Point épidémiologique COVID-19 du 20 janvier 2022 : la circulation du SARS-CoV-2 reste très intense ; augmentation moins marquée du nombre de nouveaux cas et pression hospitalière toujours importante

Stabilisation à un niveau très élevé des nouvelles admissions à l’hôpital et diminution en soins critiques

Plus de 297 000 nouveaux cas positifs par jour en moyenne

En semaine 02 (du 10 au 16 janvier), la circulation du SARS-CoV-2 se maintenait à un niveau très élevé même si la progression du taux d’incidence était moindre par rapport aux semaines précédentes.
Il demeurait supérieur à 2 000 cas pour 100 000 dans toutes les régions métropolitaines et était le plus élevé chez les 10-19 ans (+20%) et les 30-39 ans (+12%).
Par ailleurs, si les indicateurs hospitaliers semblaient se stabiliser, de fortes disparités territoriales étaient constatées. La part des patients porteurs du SARS-CoV-2 admis à l’hôpital pour un autre motif que la COVID-19 était sensiblement en augmentation.
Au 18 janvier, 78,0% de la population totale avaient reçu une primo-vaccination complète.
Parmi les personnes de 18 ans et plus, 61,2% avaient reçu une dose de rappel (78,8% parmi les 65 ans et plus).
Au vu de la circulation virale importante et de la forte transmissibilité d’Omicron (largement prédominant sur le territoire avec 96% des tests de criblage compatibles), il reste crucial d’adhérer de manière rigoureuse aux gestes barrières comme le port du masque, la réduction des contacts, l’aération fréquente des lieux clos et le télétravail pour limiter le nombre de contaminations et ainsi protéger les plus vulnérables.
Intensifier la vaccination dont le rappel dès trois mois et respecter l’ensemble des mesures préconisées en cas de symptôme, de test positif et de contact à risque sont nécessaires pour freiner les répercussions sur le système de soins toujours en tension.

Article complet


POINT DE SITUATION. Janvier 04 / 2022


Variant Omicron : quelle surveillance mise en place ?

Les mutations au sein du génome des virus sont un phénomène attendu.
Elles peuvent avoir un impact potentiel sur l’échappement immunitaire, la transmissibilité ou encore la gravité de l’infection.
La surveillance des variants menée par Santé publique France et ses partenaires s’appuie sur une stratégie globale intégrant le criblage des tests positifs pour le SARS-CoV-2, la surveillance épidémiologique et la surveillance génomique via le séquençage.
Après une phase de transition, une nouvelle stratégie de criblage, permettant de détecter plus précisément les suspicions de cas d’infection à Omicron, est en cours de déploiement depuis le 20 décembre 2021.
En conséquence de nouveaux indicateurs de criblage seront mis en open data début janvier 2022 sur la plateforme Géodes et le site data.gouv.fr.

Source : santepubliefrance.


POINT DE SITUATION.


14/12/2021. source: gouvernement.fr/info-coronavirus

Pour faire face à la circulation épidémique et à la cinquième vague, de nouvelles mesures entrent en vigueur.

Éducation

Passage au niveau 3 du protocole sanitaire dans les écoles primaires (port du masque obligatoire dans les cours de récréation et limitation du brassage à la cantine et des activités sportives de haute intensité en intérieur).
La règle de la fermeture de la classe pour une durée de 7 jours dès le premier cas positif ne s’applique plus à l’école primaire : les élèves présentant un test négatif dans les 24h peuvent continuer à aller en classe.
Les collégiens à partir de la 6e qui disposent d’un schéma vaccinal complet peuvent continuer les cours en présentiel. Les élèves non-vaccinés doivent eux suivre leurs cours depuis chez eux durant la période d’isolement.


Loisirs

Les discothèques ont interdiction d’accueillir du public jusqu'au 6 janvier 2022 inclus. Cette interdiction s'applique jusqu'à la même date aux activités de danse dans les établissements recevant du public, tels les restaurants ou les bars.
Limitation des rassemblements festifs dans la sphère privée.
Concernant les manifestations et événements extérieurs, par exemple les marchés de Noël : évolution des protocoles, sous le contrôle des préfets, pour que la consommation de produits alimentaires soient strictement encadrées.


Milieu professionnel

Instauration de 2 à 3 jours de télétravail par semaine lorsque c'est possible.
Limitation des réunions en présentiel.
Report des cérémonies de vœux, pots de départs...


Déplacements

Toute personne de 12 ans et plus entrant sur le territoire français doit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24h ou 48h en fonction du pays de provenance. Seule exception, les personnes présentant un schéma vaccinal complet n’ont pas à présenter de test, lorsqu'elles arrivent d'un État membre de l'Union européenne, d'Andorre, d'Islande, du Liechtenstein, de Monaco, de la Norvège, de Saint-Marin, du Saint-Siège ou de la Suisse.
Par ailleurs, pour faire face à la propagation du variant Omicron, la classification des pays, définie sur la base des indicateurs sanitaires a évolué, avec l'ajout d'une classification pays « rouges écarlates ».


Vaccination

La vaccination sera ouverte aux 5-11 ans en situation de surpoids ou atteints de pathologie à risque à compter du 15 décembre. Le rappel vaccinal est ouvert à toutes les personnes de 18 ans et plus dès cinq mois après la dernière injection ou la dernière infection à la Covid-19.


Pass sanitaire

À compter du 15 décembre, les personnes de 65 ans et plus et les personnes vaccinées avec le vaccin Janssen devront justifier d’un rappel vaccinal pour que leur « pass sanitaire » soit prolongé.
Les personnes de 18 à 64 ans ayant eu leur dernière dose de vaccin avant le 17 juin devront avoir fait leur rappel au 15 janvier pour que leur « pass » ne soit pas désactivé, puisqu’elles auront passé à cette date les délais de 5 mois pour être éligibles au rappel et de 8 semaines pour réaliser ce rappel.
Seuls les tests PCR et antigéniques datant de moins de 24 heures seront des preuves constitutives du « pass sanitaire ».

Gestes barrières

Le port du masque est obligatoire en intérieur dans tous les établissements recevant du public.
L’aération fréquente des lieux clos est plus que jamais nécessaire.
Il est recommandé d’aérer chaque pièce 10 minutes toutes les heures



COVID-19 - Dépistage réactif dans les écoles primaires : résultats de l’évaluation

Santé publique France publie les résultats de l’évaluation de la stratégie de dépistage réactif du virus SARS-CoV-2 réalisée en milieu scolaire dans le cadre de l’épidémie de COVID-19.

epidemie hivernale

Épidémies hivernales - Saison 2021-2022

Quelles sont les épidémies hivernales ?

La grippe

La bronchiolite

Les Gastro-Entéries

... continuer l'article de SANTÉ PUBLIQUE : Santé Publique France


Point épidémiologique COVID-19 du 4 novembre 2021 - Poursuite de la reprise épidémique en métropole : pour la 3ème semaine consécutive le taux d’incidence augmente.

Près de 6 000 cas diagnostiqués par jour en moyenne.

Plus de 1 000 personnes toujours hospitalisées en soins critiques.

Stabilisation du nombre de nouvelles personnes-contacts et amélioration de l’identification des chaînes de transmission.

74,6% de la population complètement vaccinée.

source : Santé Publique France

Sources : Santé publique France. Établissement public sous tutelle du Ministère chargé de la Santé.



Fin de la gratuité systématique des tests PCR et antigéniques le 15 octobre 2021

Pour les personnes majeures non vaccinées, les tests PCR et antigéniques dits de « confort », c'est-à-dire pour obtenir un passe sanitaire valide ou pour voyager deviennent donc payants à partir du 15 octobre 2021.

Les personnes majeures non vaccinées et sans ordonnance devront débourser la somme minimale de 44 € pour un test PCR et de 22 € pour un test antigénique. Les tests réalisés pour obtenir un passe sanitaire seront donc payants.

Prise en charge des tests de dépistage et justificatifs à présenter

À partir du 15 octobre 2021, afin de maintenir la stratégie de dépistage et de continuer à surveiller la circulation du virus, les tests de dépistage, antigéniques et PCR, restent entièrement pris en charge sans avance de frais pour les personnes :

mineures, sur présentation d'une pièce d'identité ;
disposant d'un schéma vaccinal complet, sur présentation du certificat de vaccination au format numérique ou papier ;
ayant une contre-indication à la vaccination, sur présentation du certificat de contre-indication ;
identifiées comme contact à risque par l'Assurance maladie, dans l'application TousAntiCovid ou par l'agence régionale de santé (ARS). Ces personnes devront présenter un justificatif (mail, SMS, notification TousAntiCovid ou justificatif nominatif de l'ARS) pour une prise en charge de deux tests : le 1er réalisé sous 48h, le 2e à réaliser 7 jours après le dernier contact avec la personne malade ou 17 jours après le début de ses symptômes ;
élèves du secondaire, de classes préparatoires ou de BTS de plus de 18 ans identifiés comme contact à risque, sur présentation d'un courrier type de l'Éducation nationale ;
présentant une prescription médicale délivrée par un médecin ou une sage-femme (valable 48h pour une personne symptomatique) ;
ayant un certificat de rétablissement de moins de six mois, sur présentation du certificat au format numérique ou papier ;
devant réaliser un test RT-PCR confirmant un test antigénique positif de moins de 48h, sur présentation du résultat du test antigénique ;
concernées par des campagnes de dépistage collectif, organisées par les Agences régionales de santé ou au sein des établissements de l’Éducation national ;
se déplaçant entre la métropole et les territoires d'outre-mer ou de la Nouvelle-Calédonie et devant réaliser un tests à leur arrivée ou à l'issue d'une période d'isolement sur présentation d'un justificatif de transport et de la déclaration sur l'honneur prévue ou d'un arrêté préfectoral individuel justifiant de la mise en quarantaine ou du placement en isolement ;
de retour d'un pays en liste orange ou rouge et devant réaliser un test de sortie de quarantaine, sur présentation d'un justificatif de transport et de la déclaration sur l'honneur prévue ou de l'arrêté préfectoral individuel de quarantaine.


Source :Service Publique


Nouvelle campagne de sensibilisation contre le cancer du sein pour Octobre Rose 2021

Cette année, l’association Ruban Rose innove en montrant des poitrines de femmes de tous âges avec un nouveau slogan. « Prenez rendez-vous avec vos seins ! Tous les ans allez chez votre médecin, votre gynécologue ou votre sage-femme »
Affiche campagne sensibilisation 2021 Cette campagne sera diffusée dans la presse (généraliste et féminine) ainsi qu’en affichage urbain et digital.

Pour que le numérique devienne le meilleur allié de notre santé

« Et si on pouvait consulter son médecin sans avoir à se déplacer à son cabinet ? »
« Et si le numérique pouvait changer notre expérience de l’hôpital ? »
« Et si toutes les Françaises et tous les Français pouvaient profiter des avantages que le numérique apporte à leur santé ? » …
La réponse à toutes ces questions : le numérique !
L’enjeu de la campagne nationale « Oui à la e-santé », lancée par le ministère des Solidarités et de la Santé, est de montrer les bénéfices de la e-santé pour les usagers mais également pour les professionnels de santé.
Le dossier médical sécurisé pour stocker ses données, la messagerie sécurisée pour échanger avec son médecin, les applications pour mieux gérer sa santé, l’agenda de santé et de prévention… des outils nécessaires et essentiels pour améliorer le parcours de soin de tous les Français, et faire avancer la e-santé en France.
L’année 2022 va marquer un tournant pour le numérique en santé avec "Mon espace santé" qui sera ouvert à tous les Français pour améliorer le parcours de soins et que chacun puisse être pleinement acteur de sa santé.
Et si le numérique devenait le meilleur allié de notre santé ?
Plus d’informations sur le site dédié
ouialaesante.fr

Sources : Santé publique France. Établissement public sous tutelle du Ministère chargé de la Santé.



Point épidémiologique COVID-19 septembre 2021.

Points clés En semaine 34, circulation du SARS-CoV-2 toujours en diminution sur le territoire mais à un niveau restant élevé avec, cette semaine, une baisse des indicateurs hospitaliers au niveau national. Situation encore critique en Martinique et en Guadeloupe, et préoccupante en Guyane.
Métropole :
Taux d’incidence et taux d’hospitalisation toujours les plus élevés en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie et Corse Taux d’incidence et indicateurs hospitaliers en diminution ou stables dans l’ensemble des régions Taux d’incidence en diminution dans toutes les classes d’âge, excepté chez les 0-9 ans (stable) et les 3-5 ans (légère progression)
Outre-mer :
Guadeloupe et Martinique : taux d’incidence en diminution mais toujours très élevés Persistance de fortes tensions hospitalières et excès de mortalité toutes causes et tous âges dans ces deux territoires Guyane : taux d'incidence et indicateurs hospitaliers élevés
Variants
98,5% de variant Delta identifié par séquençage en France métropolitaine au 10 août 2021
Suivi des contacts
Nombre moyen de personnes-contacts identifiées par cas toujours à un niveau faible, suggérant une identification incomplète des personnes-contacts par les cas
Prévention
Couverture vaccinale en population générale au 31 août : 72,3% pour une dose et 66,0% pour une vaccination complète Amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé ces dernières semaines
Importance des mesures combinées :
vaccination, mesures barrières et contact-tracing

Point épidémiologique

Sources : Santé publique France. Établissement public sous tutelle du Ministère chargé de la Santé.



Vaccination COVID-19

Tout savoir sur le(s) vaccin(s) contre le COVID-19

À compter du 1er septembre une campagne de rappel est mise en place pour stimuler le système immunitaire des plus vulnérables.
Campagne de rappel : 3eme vaccination

Les personnes concernées par ce rappel sont :
- les résidents d’EHPAD et d’USLD,
- les personnes de 65 ans et plus vivant à domicile,
- les personnes souffrant de comorbidité(s),
- les personnes atteintes de pathologies à haut risque de forme grave,
- les personnes ayant été vaccinées avec le vaccin Janssen.
Il convient d’attendre un délai de 6 mois entre la dernière dose reçue, complétant le schéma vaccinal initial, et cette dose de rappel. Ce délai est réduit à 4 semaines pour les personnes ayant reçu une dose de vaccin Janssen.
Ces rappels vaccinaux seront effectués uniquement avec des vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech ou Moderna) de manière indifférenciée.

Sources : vaccination info service / Santé publique France. Établissement public sous tutelle du Ministère chargé de la Santé.