info

Votre pharmacie près de chez vous.


Source : assurance maladie . ameli.fr

Attention aux appels, courriels et SMS frauduleux

L’Assurance Maladie met en garde les assurés sociaux contre des appels téléphoniques frauduleux et contre l'envoi de courriels et de SMS frauduleux. Soyez vigilant !

ATTENTION AUX APPELS TÉLÉPHONIQUES FRAUDULEUX : Par exemple, lors d'un appel téléphonique se présentant comme provenant de l'Assurance Maladie, l'émetteur de l'appel laissera un message sur votre répondeur vous demandant de rappeler votre CPAM à un numéro différent du 3646. Son but est de vous faire appeler un numéro fortement surtaxé dans le but de vous soutirer de l'argent indirectement. En aucun cas, vous ne devez y donner suite. Nous vous rappelons que seul le 3646 (service gratuit + coût de l’appel) vous permet de joindre votre CPAM et nous vous appelons donc à la vigilance.

ATTENTION AUX COURRIELS FRAUDULEUX : L’Assurance Maladie ne demande jamais la communication d’éléments personnels (informations médicales, numéro de sécurité sociale ou coordonnées bancaires) par e-mail en dehors de l’espace sécurisé du compte ameli. Tous les messages de ce type en dehors de l’espace du compte ameli sont des tentatives de « phishing », hameçonnage en français. Attention, ceci est une escroquerie en ligne, en aucun cas vous ne devez y répondre ! Soyez vigilant ! Cette technique d'escroquerie en ligne est très utilisée. Les escrocs cherchent à obtenir des informations confidentielles afin de s'en servir.

L’Assurance Maladie peut vous contacter par SMS. Les SMS de l'Assurance Maladie peuvent contenir des liens vers des pages d'information du site ameli.fr, ou vers le service declare.ameli.fr ou vers le compte ameli, auquel vous pouvez accéder en utilisant vos identifiants de connexion. Mais l'Assurance Maladie ne demande jamais la communication d’éléments personnels (informations médicales, numéro de sécurité sociale ou coordonnées bancaires) par SMS. Tous les messages de ce type sont des tentatives de « smishing » (ou hameçonnage par SMS).

Source : assurance maladie . ameli.fr


De janvier à mars 2022 :
si vous êtes affilié à l'Assurance maladie, vous recevrez un courrier ou un courriel

Testé depuis juillet 2021 dans trois départements pilotes, la Haute-Garonne, la Loire-Atlantique et la Somme, l'espace numérique de santé Mon espace santé sera disponible pour tous les usagers dès le début de l'année 2022 a annoncé le ministère de la Santé le 18 octobre 2021. Destiné à faciliter les démarches des usagers et les échanges avec les professionnels de santé pour une meilleure prise en charge, il remplace le Dossier médical partagé (DMP).

De janvier à mars 2022, si vous êtes affilié à l'Assurance maladie, vous recevrez un courrier ou un courriel vous demandant d'activer votre Espace santé. Vous disposerez alors d'un délai de 6 semaines après la réception du courrier ou du courriel pour vous opposer à sa création. Sans réponse de votre part, votre Espace santé sera automatiquement créé.

Tous les usagers qui disposaient déjà d'un Dossier médical partagé (DMP) avant le 1er juillet 2021 retrouveront automatiquement leur dossier et leurs données de santé qui y sont stockées dès l'activation de Mon espace santé.

Article complet


POINT DE SITUATION. Janvier 20 / 2022


Point épidémiologique COVID-19 du 20 janvier 2022 : la circulation du SARS-CoV-2 reste très intense ; augmentation moins marquée du nombre de nouveaux cas et pression hospitalière toujours importante

Stabilisation à un niveau très élevé des nouvelles admissions à l’hôpital et diminution en soins critiques

Plus de 297 000 nouveaux cas positifs par jour en moyenne

En semaine 02 (du 10 au 16 janvier), la circulation du SARS-CoV-2 se maintenait à un niveau très élevé même si la progression du taux d’incidence était moindre par rapport aux semaines précédentes.
Il demeurait supérieur à 2 000 cas pour 100 000 dans toutes les régions métropolitaines et était le plus élevé chez les 10-19 ans (+20%) et les 30-39 ans (+12%).
Par ailleurs, si les indicateurs hospitaliers semblaient se stabiliser, de fortes disparités territoriales étaient constatées. La part des patients porteurs du SARS-CoV-2 admis à l’hôpital pour un autre motif que la COVID-19 était sensiblement en augmentation.
Au 18 janvier, 78,0% de la population totale avaient reçu une primo-vaccination complète.
Parmi les personnes de 18 ans et plus, 61,2% avaient reçu une dose de rappel (78,8% parmi les 65 ans et plus).
Au vu de la circulation virale importante et de la forte transmissibilité d’Omicron (largement prédominant sur le territoire avec 96% des tests de criblage compatibles), il reste crucial d’adhérer de manière rigoureuse aux gestes barrières comme le port du masque, la réduction des contacts, l’aération fréquente des lieux clos et le télétravail pour limiter le nombre de contaminations et ainsi protéger les plus vulnérables.
Intensifier la vaccination dont le rappel dès trois mois et respecter l’ensemble des mesures préconisées en cas de symptôme, de test positif et de contact à risque sont nécessaires pour freiner les répercussions sur le système de soins toujours en tension.

Article complet


POINT DE SITUATION. Janvier 04 / 2022


Variant Omicron : quelle surveillance mise en place ?

Les mutations au sein du génome des virus sont un phénomène attendu.
Elles peuvent avoir un impact potentiel sur l’échappement immunitaire, la transmissibilité ou encore la gravité de l’infection.
La surveillance des variants menée par Santé publique France et ses partenaires s’appuie sur une stratégie globale intégrant le criblage des tests positifs pour le SARS-CoV-2, la surveillance épidémiologique et la surveillance génomique via le séquençage.
Après une phase de transition, une nouvelle stratégie de criblage, permettant de détecter plus précisément les suspicions de cas d’infection à Omicron, est en cours de déploiement depuis le 20 décembre 2021.
En conséquence de nouveaux indicateurs de criblage seront mis en open data début janvier 2022 sur la plateforme Géodes et le site data.gouv.fr.

Source : santepubliefrance.


POINT DE SITUATION.


14/12/2021. source: gouvernement.fr/info-coronavirus

Pour faire face à la circulation épidémique et à la cinquième vague, de nouvelles mesures entrent en vigueur.

Éducation

Passage au niveau 3 du protocole sanitaire dans les écoles primaires (port du masque obligatoire dans les cours de récréation et limitation du brassage à la cantine et des activités sportives de haute intensité en intérieur).
La règle de la fermeture de la classe pour une durée de 7 jours dès le premier cas positif ne s’applique plus à l’école primaire : les élèves présentant un test négatif dans les 24h peuvent continuer à aller en classe.
Les collégiens à partir de la 6e qui disposent d’un schéma vaccinal complet peuvent continuer les cours en présentiel. Les élèves non-vaccinés doivent eux suivre leurs cours depuis chez eux durant la période d’isolement.


Loisirs

Les discothèques ont interdiction d’accueillir du public jusqu'au 6 janvier 2022 inclus. Cette interdiction s'applique jusqu'à la même date aux activités de danse dans les établissements recevant du public, tels les restaurants ou les bars.
Limitation des rassemblements festifs dans la sphère privée.
Concernant les manifestations et événements extérieurs, par exemple les marchés de Noël : évolution des protocoles, sous le contrôle des préfets, pour que la consommation de produits alimentaires soient strictement encadrées.


Milieu professionnel

Instauration de 2 à 3 jours de télétravail par semaine lorsque c'est possible.
Limitation des réunions en présentiel.
Report des cérémonies de vœux, pots de départs...


Déplacements

Toute personne de 12 ans et plus entrant sur le territoire français doit présenter un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24h ou 48h en fonction du pays de provenance. Seule exception, les personnes présentant un schéma vaccinal complet n’ont pas à présenter de test, lorsqu'elles arrivent d'un État membre de l'Union européenne, d'Andorre, d'Islande, du Liechtenstein, de Monaco, de la Norvège, de Saint-Marin, du Saint-Siège ou de la Suisse.
Par ailleurs, pour faire face à la propagation du variant Omicron, la classification des pays, définie sur la base des indicateurs sanitaires a évolué, avec l'ajout d'une classification pays « rouges écarlates ».


Vaccination

La vaccination sera ouverte aux 5-11 ans en situation de surpoids ou atteints de pathologie à risque à compter du 15 décembre. Le rappel vaccinal est ouvert à toutes les personnes de 18 ans et plus dès cinq mois après la dernière injection ou la dernière infection à la Covid-19.


Pass sanitaire

À compter du 15 décembre, les personnes de 65 ans et plus et les personnes vaccinées avec le vaccin Janssen devront justifier d’un rappel vaccinal pour que leur « pass sanitaire » soit prolongé.
Les personnes de 18 à 64 ans ayant eu leur dernière dose de vaccin avant le 17 juin devront avoir fait leur rappel au 15 janvier pour que leur « pass » ne soit pas désactivé, puisqu’elles auront passé à cette date les délais de 5 mois pour être éligibles au rappel et de 8 semaines pour réaliser ce rappel.
Seuls les tests PCR et antigéniques datant de moins de 24 heures seront des preuves constitutives du « pass sanitaire ».

Gestes barrières

Le port du masque est obligatoire en intérieur dans tous les établissements recevant du public.
L’aération fréquente des lieux clos est plus que jamais nécessaire.
Il est recommandé d’aérer chaque pièce 10 minutes toutes les heures